Pages à pages



La pluie avant qu’elle tombe de Jonathan Coe

 La pluie avant qu'elle tombe de Jonathan Coe dans Roman contemporain etranger la-pluie-avant-quelle-tombe-2

« Eh bien moi, j’aime la pluie avant qu’elle tombe » [...] Bien sûr que ça n’existe pas, elle a dit. C’est bien pour ça que c’est ma préférée. Une chose n’a pas besoin d’exister pour rendre les gens heureux, pas vrai ? »

Suite au décès de sa tante, Rosamond, Gill et ses deux filles, Catharine et Elizabeth, découvrent quatre cassettes audio, dans la maison de la vieille dame. Celle-ci y a enregistré une confession de plus de six heures destinée à Imogen, une jeune femme inconnue de Gill. Après quatre mois, n’ayant pas réussi à la retrouver pour lui remettre les cassettes, Gill se décide à écouter le récit de Rosamond.

L’histoire familiale d’Imogen commence alors, avec la déclinaison de vingt photos, soigneusement choisies par Rosamond, qui s’attache à les décrire pour Imogen,  aveugle depuis l’âge de trois ans, mais laisse aussi dériver ses pensées parmi les souvenirs épars de sa mémoire.

Quel pouvoir d’évocation ! Quelle maîtrise de la narration ! Je me suis plongée avec délice dans cette évocation de souvenirs, dans cette histoire familiale douloureuse, qui évoque le destin de trois générations de femmes, de la fin des années 40 au cinquantième anniversaire de Rosamond. On écoute avec bonheur, anxiété aussi parfois, le récit de cette femme qui souhaite avant tout transmettre « la vérité », avant d’en finir avec la vie.

L’auteur nous transporte à travers le siècle, d’anecdotes en événements fondateurs de cette histoire familiale complexe, de l’Angleterre au Canada, en passant par l’Auvergne.  Nous sommes rapidement pendus aux lèvres de Rosamond, tout comme Gill et ses filles, ravies de partager ces instants d’intimité qui nous interrogent sur la part de hasard dans le déroulement de nos vies, et sur la possibilité d’un destin.

 

La vie ne commence à avoir un sens qu’en admettant que parfois, souvent, toujours, deux idées absolument contradictoires peuvent être vraies en même temps.


  1. keisha écrit:

    Un beau livre, n’est ce pas?

    Citer | Posté 16 juin, 2009, 13:14
  2. brume écrit:

    Oui, magnifique. J’ai voulu laisser un commentaire sur ton blog ce matin et impossible de l’enregistrer…

    Citer | Posté 16 juin, 2009, 13:26
  3. Titine écrit:

    Entièrement d’accord avec toi !!!! Je suis contente de découvrir ton blog, je vais l’explorer.

    Citer | Posté 16 juin, 2009, 14:57

Laisser un commentaire