Pages à pages



Dojoji et autres nouvelles de Mishima

Dojoji et autres nouvelles de Mishima dans Roman classique etranger 41XFX0N8NML._SL500_AA240_ 

Quatrième de couverture
De l’univers des geishas aux rites sacrificiels des samouraïs, de la
cérémonie du thé à la boutique d’un antiquaire, Mishima explore toutes
les facettes d’un japon mythique, entre légende et tradition. D’une
nouvelle à l’autre, les situations tendrement ironiques côtoient les
drames les plus tragiques : que ce soit la jolie danseuse qui remet du
rouge à lèvres après avoir renoncé à se défigurer avec de l’acide en
souvenir de son amant, Masako, désespérée, qui voit son rêve le plus
cher lui échapper, ou l’épouse qui se saisit du poignard avec lequel
son mari vient de se transpercer la gorge… Quelques textes étonnants pour découvrir toute la diversité et l’originalité du grand écrivain japonais.

Mon avis :
Les quatres nouvelles qui composent ce recueil sont toutes assez différentes les unes des autres, et nous donnent à voir les diverses facettes de ce grand écrivain que fut Mishima.Dans les sept ponts et La Perle, Mishima nous conte deux récits (le premier se situant dans l’univers des Geïshas et le second dans la bourgeoisie japonaise) avec ironie, nous adressant un dernier clin d’oeil dans la scène finale.
Les deux autres nouvelles Patriotisme et Dojoji sont plus tragiques. Elles délivrent plutôt un message fort et témoignent d’un certain angle de reflexion face à la mort ou la souffrance.
Dans Patriotisme, un lieutenant décide de se suicider pour ne pas avoir à combattre ses anciens compagnons d’armes renégats. Sa femme le suivra dans la mort, ainsi qu’ils l’ont convenu. La scène dans laquelle le lieutenant se fait hara-kiri est à la limite du soutenable, d’ailleurs.
Dojoji, elle, apporte une reflexion sur la souffrance et la mort d’un être cher; traitée sur le mode de l’absurde et d’une pièce de théâtre à huit-clos.
Quatres nouvelles qui m’ont enchantée et donnée très envie de lire l’oeuvre majeure de Mishima : Confession d’un masque.


Laisser un commentaire