Pages à pages


  • Accueil
  • > Archives pour février 2008

Le jour où Nina Simone a cessé de chanter de Darina Al-Joundi

Le jour où Nina Simone a cessé de chanter de Darina Al-Joundi dans Roman contemporain francais 41D%2BqaQ1wXL._AA240_

 

Quel est le prix de la liberté ? Liberté sexuelle, amoureuse, politique, sociale ou religieuse… Darina al-Joundi raconte, sous la plume de Mohamed Kacimi, une histoire stupéfiante, une histoire faite de vérité et de folie, de violence et de tendresse. Toute l’histoire du Liban contemporain concentrée en l’histoire d’une personne, fidèle au rêve persistant d’un père journaliste et écrivain pour qui la liberté n’est pas négociable. Ce rêve va pourtant se fracasser sur la violence et la haine de la guerre civile, là où tout devient possible, le sexe défie la peur, la drogue défie la vie, le refus de toutes les règles sociales et des convenances religieuses défie une société qui va se venger durement contre la jeune insoumise… Ce livre est bien plus qu’une confession, c’est l’histoire d’une rédemption, des retrouvailles avec la vie d’une jeune fille qui devient femme au voisinage de la folie et de la mort. Il touche au cœur, au plus profond des entrailles, là où l’émotion se libère par un tremblement, dit toute la vérité d’un être dans son immense fragilité et son irréductible force. Le jour où Nina Simone a cessé de chanter commence le jour de la mort du père, dans un lieu appelé autrefois château de Beaufort… Un texte qui reprend et prolonge le spectacle-événement du Festival d’Avignon.

Mon avis :

Un livre boulversant, écrit avec une force rare, une vraie rage. Les mots sont durs, mais les faits qu’ils décrivent le sont encore plus. Darina Al-Joundi nous plonge dans l’horreur de la guerre au Liban et nous compte ses difficultés à devenir une femme libre, comme l’a toujours souhaité son père.
La fin, très dure, illustre totalement le courage qui anime cette femme, qui vécut toute son enfance à Beyrouth et qui maintenant habite Paris et se produit sur scène en tant que comédienne.
Un témoignage splendide, d’une force rare, que je conseille à tous.
On en ressort hébété.


Alabama Song de Gilles Leroy

Alabama Song de Gilles Leroy dans Roman contemporain francais 9782715226456 

Montgomery, Alabama, 1918. Quand Zelda, ‘Belle du Sud’, rencontre le lieutenant Scott Fitzgerald, sa vie prend un tournant décisif. Lui s’est juré de devenir écrivain : le succès retentissant de son premier roman lui donne raison. Le couple devient la coqueluche du tout New York. Mais Scott et Zelda ne sont encore que des enfants : propulsés dans le feu de la vie mondaine, ils ne tardent pas à se brûler les ailes… Gilles Leroy s’est glissé dans la peau de Zelda, au plus près de ses joies et de ses peines. Pour peindre le destin de celle qui, cannibalisée par son mari écrivain, dut lutter corps et âme pour exister…

Mon avis :

Ce livre a eu le Prix Goncourt 2007.
Gilles Leroy l’explique clairement : “Il faut lire ‘Alabama Song’ comme un roman et non comme une biographie de Zelda Fitzgerald en tant que personnage historique.” Et pourtant… Qu’il est dur de lire ses pages sans croire qu’il s’agisse d’une autobiographie de Zelda.
Ce livre nous entraîne des années 30 à la fin de la 2nde guerre mondiale, du fin fond de l’Alabama à Paris ou Fréjus, au grès des souvenirs de Zelda.
Après avoir refermé ce livre, on a qu’une envie : lire ou relire les romans de Scott Fitzgerald comme Gatsby le magnifique ou Tendre est la nuit et se documenter un peu plus sur le couple mythique que formèrent Zelda et Scott Fitzgerald.


Le combat ordinaire de Larcenet 4 tomes

Le combat ordinaire de Larcenet 4 tomes dans Bande dessinee 5160JHQ0H8L._BO2,204,203,200_PIsitb-dp-500-arrow,TopRight,45,-64_OU08_AA240_SH20_

 

4 tomes sont déjà sortis. J’ai lu pour ma part les 3 premiers qui m’ont littérallement ravis.

Le Combat ordinaire c’est l’histoire de Marco et de ses problèmes quotidiens, qui sont aussi ceux des Français d’aujourd’hui. Il est photographe, névrosé, son père est malade, son chat pénible et surtout il ne sait pas où il en est avec Emilie, la petite vétérinaire qui partage sa vie. Il a fui la ville pour s’installer à la campagne, espérant y trouver un peu de calme.

Les Quantités négligeables, ce sont les ouvriers du chantier naval où travaillait le père de Marco. C’est sur eux qu’il a décidé de faire une exposition photo. L’occasion pour Marco de se confronter au petit monde des galeries parisiennes et des zones industrielles sinistrées.

Ce qui est précieux, c’est le troisième tome des aventures de Marco, son deuil, et ses angoisses concernant son travail de photographe ; de bonnes nouvelles se profilent. Mais sur le point familial, rien ne va plus : son père vient de mourir, sa mère affronte seule le poids de l’absence, son frère, n’arrivant pas à surmonter le deuil, s’évade de plus en plus. Quant à Emilie, elle lui impose un ultimatum : elle veut un enfant et elle n’attendra pas toute sa vie.

(cf Wikipédia)

Des albums très forts, très poétiques… en un mot de purs bijoux.
Larcenet parvient à la fois à nous faire rire mais aussi réfléchir sur la condition humaine, les rapports humains et le difficile passage de l’enfance à l’âge adulte.
A lire d’urgence !!


Magui Chazalmartin |
Sébastien Japrisot |
Lire avec moi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | liilith
| La Tragedie
| MEMOIRES D'ENFANCE